Imprimer

Edito

  Agnès Bravo, présidente de CONIBI

Chez CONIBI, nous œuvrons depuis plusieurs années à créer les conditions nécessaires à l’instauration d’un réflexe écologique. Et, si les choses avancent dans le bon sens, il convient de prendre acte du fait que cette bataille environnementale est encore loin d’être gagnée.

Tout l’enjeu de ces prochaines années sera en effet de généraliser ce réflexe éco-citoyen, de faire en sorte qu’il devienne automatique, comme l’est aujourd’hui celui d’éteindre la lumière en quittant une pièce, de ne pas jeter le verre avec les déchets ménagers ou de réduire la température dans les habitations.

 

Les cartouches d’impression, produits manufacturés complexes, sont des consommables voués à un cycle de vie relativement court. Chaque année, plusieurs milliers de tonnes sont vendues en France. Précurseurs, les grandes marques adhérentes du consortium CONIBI se sont unies voici 15 ans pour organiser une filière, afin de collecter, trier, traiter, recycler et valoriser ces déchets. Une chaîne, qui fait qu’aujourd’hui près d’une cartouche laser ou toner sur deux vendues en France est recyclée. 15ans de travail ont déjà permis aux entreprises clientes de notre consortium de développer le réflexe de recycler plutôt que de jeter. Une tâche de longue haleine, qui est loin d’être achevée. C’est pourquoi, nous portons cette dynamique citoyenne au quotidien et prônons, plus que jamais, « l'écologie industrielle » comme modèle à suivre. 

Agnès Bravo
Présidente du consortium CONIBI

Actionnaires et adhérents